Visiteurs

         
Bienvenue aux corolliennes d'hier,
d'aujourd'hui et de demain.
Que, toutes, vous gardiez votre âme d'enfant !


"Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours ..."
Citation de Marguerite Duras, extraite de "Des journées entières dans les arbres" 1954.

"Nous aimons notre enfance, nous y revenons, nous la jugeons, elle nous juge."
Citation de Elie Wiesel
"On ne s'arrache pas de l'enfance, qu'elle ait été heureuse ou malheureuse ;
les origines frappent le subconscient comme on le dit d'une médaille."

Citation de Louis Nucera
On ne renie pas son enfance, on l'enfouit au fond de son coeur et l'ombre portée,
l'ombre magique, devient un symbole."

Citation de Dominique Blondeau



Chérubine et son garde du corps !

 
                    welcome
                            herzlich willkommen
                                                           bienvenidos
                                                              benvenuto
                                                                              sveiki atvyke
                                                                                             namaste
                                                                                                         dobro pojalovat
                                                                                                                         meava
                                                                                                                                  soo dhawaw
                                                                                                                                                  yôkoso

Un livre d'or est à votre
disposition sur une page spéciale

                                                                                      
                                            

 

 


                          Dernière mise à jour 12 octobre 2017
                            A ce jour notre collection compte
                    822 corolle dont 638 bébés et poupées
                       



Download Francis Goya
Jeux Interdits for free

from pleer.com


 
 
Nous avons voulu dans ce monde de poupées,
apporter beauté et douceur. Notre monde en a besoin ....
Vous y trouverez de belles images
des musiques, des chansons, et quelques uns de mes poèmes.


Si vous les aimez vous les retrouvez dans leur intégralité sur mon dernier ouvrage
paru aux Editions 7écrit sous le titre :

"Irrésistiblement plume"
283 poèmes répartis en 6 thèmes




Je consacre quelques lignes concernant mes 3 romans sur les pages
"De l'écriture à la lecture"

Depuis peu mon éditeur est en partenariat avec Amazon
et j'ai été choisit en tant qu'auteur pour être lue à l'international !


Celui qui suit fait partie de mes préférés

Union céleste


Mer myosotis, tu étales, nonchalante, tes flots saphir sous le soleil levant.
Blottie sous tes eaux, la sirène aux longs cheveux blonds s’éveille doucement.
Assise, sur mon blanc rocher
je t’écoute me raconter

C’était il y a fort longtemps, lors de la création du monde.
Tu te trouvais bien seule, toi, alors l’immense onde !
Mais un matin, la plus haute de tes vagues, l’a heurté soudain !
Alors enfin, tu l’as vu, clair et limpide, tel un lagon azurin.

L’Amour désormais entrait dans ta vie
Ciel t’appartenait ! Vous vous êtes unis.

Neuf ères se succédèrent tendrement, quand un pur matin
sur la crête d’une lame, une coquille de nacre,
entourée d’écume, surgit soudain !

Ainsi bercée, elle s’ouvrit timidement, dévoilant une perle opaline, parfaite, extraordinaire.
Mer et Ciel étaient comblés : de leur passion, une fille survenait. Ils lui donnèrent le nom de Terre !
Sa mère alors de ses eaux l’habilla, la recouvrit
et son père, jalousement, l’entoura à l’infini.

Terre s’ennuyait-elle si seule dans l’univers ?
Elle pleurait parfois, avait froid et réclamait la lumière
 Alors, Mer lui subtilisa une larme et l’immergea dans ses flots.
En une boule de cristal elle se transforma. Lune fut son nom aussitôt !

 Pendant ce temps, son père, lui aussi, cherchait un cadeau
pour que sa fille ait chaud. Il le voulait unique et très beau !

Aucun d’eux ne se doutait alors que Terre possédait bien des trésors !
C’est ainsi que Ciel découvrit sans peine, parmi des merveilles, une pépite d’or.
Il choisit l’endroit le plus haut pour y déposer son présent, sans aucun autre pareil.
Sans attendre, l’or, de mille et mille rayons, s’illumina, s’enflamma… Son nom devint Soleil !

Terre, vivante, heureuse et gaie, en fut bien vite métamorphosée.
Elle prit des formes, des couleurs, et tout son relief fut animé.

Pour gratifier Mer et Ciel de leur bienveillante attention
Terre versa des larmes de joie, chargées d’émotion.
C’est pourquoi, depuis ce précieux moment,
dès la tombée de la nuit des milliers d’étoiles scintillent au firmament,
remémorant ce jour béni.

« Mer, Ciel, bien humblement, je m’adresse à vous aujourd’hui.
Je vis sur Terre, elle est si belle ! Je vous en remercie. »


17 septembre 2000, poème né dans les criques.