Poèmes de Chris de 2007 à fin 2013
(suite)



 Tam, Tamy, Tamara, ma Grande 



23 septembre, premier dimanche d'automne...
A mon réveil tu nous avais quitté ... Gold s'étonne !
Cette fois tu n'as pas résisté,
Pacific et Nonobstant t'ont rappellé.
Et pendant près de 8 mois tu as tout appris à la petite,
tu lui as transmis ta tendresse, donné ta sagesse ... une vraie réussite !

Moi je savais que le temps approchait ...
Plus de 10 ans de bonheur, tu m'as bien gaté !
Mais j'aurais voulu te garder encore et encore ...
C'est si dur de ne plus te voir ma terre neuve au coeur d'or !
Jeudi, au lac, tu étais si heureuse dans l'eau argentée !
Tu te rappelles, pour me remercier tu m'as fait des bisous sans arrêt ?
A moins que ? ... Tu savais déjà notre proche séparation ...
C'était ton adieu ... Tu as toujours été pleine d'attention.

Mais ce que tu ne sais pas c'est le déchirement.
Tu étais mon amie, ma complice, je t'aimais tant ...
Pourtant à la mort du bon gros Nono
tu m'as bien consolé de ton doux regard si beau.
Je t'en parlais souvent
et tu aimais ces moments.
Aujourd'hui c'est Gold qui écoute.
Les "histoires de Tam" seront toujours sur sa route.
Elle promène gentiment ton "joujou" dans la maison,
elle ne veut pas manger à ta place ... en aucune façon !
Et puis, lorsqu'elle pose son regard sur moi,
dans ses yeux c'est aussi toi que je vois.
Alors tu sais ma Grande, ma Tamara, ma Tamy, ma Tam
si ton corps n'est plus, brille très fort autour de nous, ta belle âme.

Pour me consoler (un tout petit peu !) tu n'es pas partie seule tu sais ...
Des chasseurs en riant, fiers, ont tué des animaux qui n'avaient rien fait.
Puis j'ai croisé un camion de bétails.
Des boeufs partaient pour l'abattoir, pour contenter ceux qui font ripaille !

Tu reposes désormais non loin d'un petit ruisseau
qui te chuchotera éternellement les plus doux de mes mots
Les rayons du soleil s'infiltrent dans les châtaigniers
ainsi la chaleur calmera ton arthrose qui grandissait.

Puis pour me rassurer,
Anaïs et Eve m'ont confié un charmant secret :
Tu cours sur les nuages avec les 2 noirauds ...
Alors tous les 3 réunis, jouez, jouez tout là-haut !

Tamara Lovingly
Avec nous pour la vie.
Christine
25 septembre 2012


Nous sommes en février 2016 et si tu savais comme tu me manques .. Oh ma Tam !
Est ce parce que quelqu'un t'a empoisonné ? Mais ton départ est un déchirement plus dur encore que pour tes prédécesseurs !




Les dernières photos prisent 3 jours avant son départ
Ce jour-là elle m'avait fait plein de "bibises" comme ci elle savait !





Soupirs sur la route !
Je suis sur que vous avez déjà soupiré,
lorsque sur la route, vous êtes très attentionné !
Hier je descendais de mon village en matinée
pour un aller-retour que je pensais vite "bouclé".
Mais, hélàs, j'ai vite rattrapé
un véhicule de touristes qui me précédait.

Cette voiture bien que récente, apparemment,
était sans doute à pédales, fort justement !
30 km/heure ! Sur une route en lacets, certe,
mais à vitesse doublée, la conduite reste alerte !
Prévus à cet effet des endroits pour se garer
mais le conducteur voulait passer la ligne le premier !
Soupirs !

Et puis, certaines automobiles sont allégées en élèment ...
4 roues, 1 volant, mais pas de clignotant !
Est-ce par souci d'économie?
Assurément une devinette pour celui qui suit !
Occupons les enfants, les paris sont ouverts,
droite ou gauche pour ce conducteur pépère ?
Soupirs !

L'autre jour un cycliste en promenade ...
Mollets musclés, ce n'était pas sa première ballade.
Vous imaginez bien la largeur pour doubler ?
Sur une départementale c'est encore dans nos possibilités !
et bien le véhicule que j'ai rattrapé
vraisemblablement derrière une moissonneuse batteuse, il roulait ! !
Soupirs !

Le contraire aussi vous surprend
lorsque soudain vous dépasse un ouragan ...
Fusée horizontale venue de nul part ...
Stoppée par un platane, attention ! ... Mais c'est trop tard !
Soupirs !

Et la tête des gens qui s'accrochent au volant ?
Qui sont ils tous ces anonymes que nous croisons irrémédiablement ?
Pourquoi ne sourient-ils jamais ?
Pourquoi jurent-ils aux ralentissements obligés ?
Soupirs !

Téléphone, cigarettes, ont été bannis en conduite
bien évidemment interdits aux habitués des cuites ...
Hélàs, combien d'accidents encore malgré les préventions ?
Paie celui qui était là au mauvais moment, l'innocent !
Soupirs !

En Espagne 15 000 hectares de végétations réduites en cendres, le néant !
Simplement un mégot jeté par la vitre d'un chauffeur désobligeant ...
Par peur des flammes,  des touristes se sont jetés de la falaise ...
Un retraité mort cerné par le feu et combien d'animaux restés sur la braise ?
Soupirs !

Mais quand donc aurons nous la paix ?
Bien sur nous sommes assurés ....
de perdre la vie au prochain virage ...
de monter voir St Pierre sur son beau nuage ?

Stop ! Un peu de sérieux,
nous en serons tous plus heureux ! 
Christine
24 juillet 2012



Le Perthus

Biure village au nord de Figueras   juillet 2012


Que de dégats ! Pour 1 mégot ! ! ! !










Sports Plaisir Amit

Il était une fois un corps qui se déplaisait...
Lui qui, dans sa jeunesse, était de partout admiré,
comment avait-il pu ainsi se laisser aller ?

Mais restait une étincelle ...
Hier n'est pas si loin mademoiselle !
Et puis pour la motivation
le regard de son éternelle passion !

Enfin, une connaissance qui passait par là...
Un même but réunissait ces deux-là !
La solution n'est qu'à six kilomètres
et là, deux corps retrouveront leur bien être...

Il était une fois un corps qui s'améliorait...
Depuis des mois, chaque jour, il fréquentait
au Domaine de Falgos, le SPA, splendeur et fermeté.
Il se retrouvait tantôt cycliste, un moment programmé,
puis divers appareils de musculation pour peaufiner.
Après l'effort soutenu, sauna ou hammam selon l'envie du jour,
sueur tout au long du parcours.
Au choix voyage en Finlande, odeur des pins,
aurore boréale, moment divin !
Ou l'humidité chaude des Pays du désert, senteurs orientales,
you-you des femmes qui portent le voile.

Maintenant la piscine attend pour l'entraînement.
Quelle légèreté, le corps glisse longtemps, savoure le moment !
Par delà les grandes baies vitrées le soleil se fait inviter
et l'aigle, notre ami, plane et tournoie pour nous saluer.

Délices suprêmes enfin, massages dans le jacuzzi.
Tourne, tourne manège qu'est-ce qu'on est bien ici !
Puis après la douche, le corps, cheveux mouillés, reprend la route.
Il sait que demain le ramènera en ces lieux, aucun doute !

Ainsi jour après jour, mois après mois,
le corps retrouve tout son émoi.
La ligne s'affine, les muscles se raffermissent ... Hier revient !
La forme oui, les formes Non ! Et, encore mieux demain !

Sports et plaisir, un beau duo ..
Oui mais j'ai mieux, car moi, j'ai le trio !
Ces heures, ces jours, ces mois, ici nous venons à deux
et les murs joliment carrelés, sont témoins des partages heureux.
Histoires d'enfance, rires, souvenirs, des moments merveilleux.
Lorsque Claudine chante il faudrait que le temps s'arrête un peu ..
Là ces instants nostalgiques ressemblent à des cathédrales
et, sexagénaires que nous sommes, nous revoilà sur les bancs de la communale.
                               Christine
                             17 janvier 2013















Entrée des  Urgences à Lorient  56 

10 ans déjà !
Rouge ! Rouge mon sang répandu sur le sol ...
Et ce matin du 12 juin devenait une journée folle !
Aucune empreinte dans ton appartement
tu voulais que ton crime soit parfait forcément.
Je te tournais le dos, tu enfilais tes gants de motard.
Aucune trace sur ma gorge, pourtant tu serrais, serrais... le trou noir.
Puis pour m'achever,
ma tête tu fracassais ...
Mes cheveux poisseux de sang
se sont collés sur le coin de la table tout de marbre tranchant
Plusieurs fois tu as cogné, cogné
pour être sur que j'en mourrais ...
Pour parfaire tu as saccagé ton logement,
cassé de ci, volé de là, un cambriolage apparemment !
Enfin, heureux de ton divertissement
tu es parti au travail à la Lorima innocemment.

Oui mais je ne suis pas morte ...
Pourtant ce trou béant derrière ma tête ... moi, je suis forte !
J'ai su que c'était toi ...
la police aussi disait que c'était toi !
Mais je n'ai pas avoué ...
Je t'aimais tant, me taire il le fallait !
Tu es arrivé aux urgences de Lorient,
un très bon comédien larmoyant.
Une question a jaillit de ta bouche !
"il t'a violé celui qui t'a fait ça ?"   La douche !
Quelques jours avant tu me présentais à ta famille,
tu voulais m'épouser en Irlande, calèche et tout ce qui brille !

10 ans déjà !
C'était à Hennebont dans le Morbihan
rue Edouard Vaillant plus précisément.

J'ai ensuite vécu dans la peur
mais je t'ai donné des heures de bonheur.
Tout un paradoxe ou, jour après jour,
gifles et insultes bouleversaient mon amour.

7 ans de cette vie là ...
Tout a commencé il y a 10 ans déjà ...
Depuis 3 ans je ne veux surtout pas oublier
que tu as été mon bourreau, un vrai demeuré !

10 ans déjà !

Christine
12 juin 2013




Programme chargé ...

Je m'hasarderais à chevaucher un dragon vert,
pour les jours d'orage rallumer le soleil dans un souffle expert.
Dans une parfaite chorégraphie, excitante de délices et de félicité,
je souhaiterais danser avec les sirènes dans les abysses bleutés.

J'ai l'intention de m'assoupir auprès des loups fascinants
et me réveiller sur des perles de rosée, sous leurs regards bienveillants.
J'aimerai éteindre les larmes du ciel
quand l'orchestre symphonique s'éclaire de mille étincelles.

Je voudrais déplacer les planètes aux contrastes songeurs
et jouer avec les étoiles ... je sais que bat leur coeur !
Je me plairais à colorer les arbres, nus, l'hiver,
pour attirer l'oiseau lyre sur ma palette de lumière.

Je prendrais plaisir à voler parmi les aigles si fiers,
et je m'aventurerais à marcher sur les mers.
Je raffolerais de m'asseoir sur la lune
attendre que le Petit Prince remonte de la dune.

Sous le charme, attirée par les parfums de la terre
de nuage en nuage je redescendrais légère, légère ...
Eprise de monde fantastique et enchanteur
j'ai l'intention de rire avec les espiègles fées à l'abri du malheur.

Emportée dans un silence ou seul le vent chante,
je succomberais à la nature verte, éclairée de soleil, même quand la nuit hante !
Je marcherais volontiers de paradis en eden, jusqu'à épuisement total
sans que cela me soit pour autant fatal !

Mais ce que je veux, par dessus tout,
dans ce monde qui est devenu fou,
c'est te revoir, toi, grand-père,
avec toi la vie était si tendre et si sincère !

                                               Christine
                                              26 août 2013


Mon grand père aimait les petits enfants !
Dommage q'il n'ait pas conu les miens ! Mon aîné n'était qu'un bébé à sa mort !
Ici avec Vanessa, une petite cousine.
   fin années 1980.



Pas ici ...
Je me promène avec mon chien,
il fait très frais sur ce chemin.
Mes pas vont au hasard,
je ne te verrais pas ici, c'est sans espoir !
La nature est calme,
je me dois d'être sous son charme.
Ce n'est pas Notre colline
mais je la vois, je la devine.

Il faut bien parfois chercher à découvrir
d'autres endroits pour mieux te revenir ...

                            Christine
                              26 aoüt 2013


Enorme rencontre !
Tranquillement, sur un sentier de la forêt,
j'allais rêvant sur les feuilles mortes, à pas feutrés.
Puis je l'ai vu, là devant moi,
pataud et lourd, il m'attendait .... je crois !

Chacun, chacune aurait eu peur,
Mais pourquoi  ? Rencontrer un ours est plutôt flatteur !
Simplement, je lui ai parlé, sans m'arrêter,
doucement, nul geste brusque, sans le dévisager.
Qu'il était beau, qu'il était fier dans son immense domaine boisé !
Son épaisse fourrure ondulait à chaque mouvement qu'il choisissait.

Pour aujourd'hui, c'était assez
deux mètres à peine, nous séparait.
Il repartit sans se presser, se retourna une dernière fois ..
C'est sur, ici, je reviendrais, mais sera t'il de nouveau là ?

Ne me demandez pas où se trouve cet endroit,
vous seriez capable d'en faire votre proie !
 Je ne le garde rien que pour moi,
Quelle joie !
                                       Christine
                                      26 août 2013



J'ai connu un mec ...

Pour toi, qui le connais à ton tour
aux urgences tu peux te retrouver un beau jour ...
Fais bien attention à c
e que tu lui dis
"salut" "pourquoi" "encore", entre autres, sont des mots interdits.
Pour cuire son beafteak, mets du beurre dans la poële
ou l'assiette pleine te sera jetée à la figure ! Magistrale !
Laisse le fumer, saler et sucrer ses plats à volonté,
après tout il sera, seul, malade, face à ses responsabilités !

Surtout, très important, ne lui parle jamais de son dentier,
le résultat pour toi sera très douloureux, il est sans pitié !

Ne lui interdit pas le viagra,
sans son "bébé bleu", homme, il n'est pas !
Il va inventer, affabuler, mentir ... laisse le dire
c'est un mythomane perdu dans ses propres délires !
Au moindre rhume il se croira mourant
tu verras on s'y fait, mais c'est énervant !
Ne le regarde pas droit dans les yeux,
il te préfère soumise.  Adore plutôt ce .... dieu !
Tu l'entendras furieux, crier de t
e calmer...
alors que tu l'étais, mais des coups il cherche à donner !

Tu trouveras souvent, cachées ici ou là
des choses qui t'appartiennent, il te vole, ne connait pas les lois !

Il a connu des gardes à vue
les tribunaux n'ont pas été déçu !
Tous ses propriétaires, les malheureux ...
il n'aura rien épargné chez eux !
Et ses patrons ? Ils se comptent par dizaine.
Crois moi, ils en gardent tous de la haine !
Si tu as eu des enfants avant de le connaître,
ils comprendront avant toi, le bourreau qu'il aime être !

Il t'appellera "mamour", "mon bébé", "mon coeur" ou "bichon"
mais de nouveau ses mains, sans raison, encore te frapperont !
Enfin voilà à toi la relève ...
Suis bien mes conseils ou bien ... tu crèves !
             Christine
              6 novembre 2013


Avec sa moustache, très ressemblant !

Afficher la suite de cette page